Nos engagements - Festival International du Journalisme

Nos engagements

Le Festival International de Journalisme s’est engagé dans une démarche responsable, sur les plans économique, environnemental et social.

Depuis 2018, nous œuvrons avec toutes nos parties prenantes (partenaires, prestataires, bénévoles, équipes…)  pour limiter l’impact environnemental du festival, améliorer son impact sociétal et développer l’économie locale. Le festival se déroule sur un site magnifique, un village pittoresque au charme fou, que nous avons à cœur de préserver et de protéger.
Depuis 2020, nous avons engagé une démarche de progrès continu avec comme horizon à court terme la labellisation “Iso 2O121” du festival

Un festival écoresponsable

Sensibiliser à la protection de l’environnement
Toute une programmation sur le thème de la transition écologique vous est proposée. Outre le traitement éditorial des conférences, le festival propose également des projections de film, exposition de dessins, ateliers.
Cette année, vous pourrez participer à un atelier « fresque du climat ». Ludique, participatif et créatif, cet atelier permets de s’approprier le défi climatique en 3 heures et donne les clés du passage à l’action. Une version adaptée aux jeunes est également proposée à la « P’tite Rédac ». Un autre atelier vous apprendra à calculer et réduire vos émissions de CO2. Reporters d’espoir vous fera découvrir le journalisme de solutions.

Ensemble réduisons nos déchets
Objectif : 100% tri !
Des poubelles de tri ont été installées partout dans le festival ainsi que dans l’aire de camping. Nous avons renforcé la signalétique, grâce à un affichage dédié, pour mieux expliquer les consignes de tri. Des bénévoles seront également présents pour aider les festivaliers à respecter ces consignes. Notre objectif : favoriser le recyclage de tous les déchets : ordures ménagères, biodéchets compostables issus de nos repas, carton, verre… Il ne manque plus que le bon geste de tri ! Nous comptons sur les festivaliers !Stop au plastique à usage unique
Nous encourageons les festivaliers à apporter leur gourde ou leur gobelet réutilisable (écocup) pour éviter l’utilisation de gobelets ou de bouteilles en plastique qui risquent de finir leur vie dans la nature. Le temps de décomposition d’une bouteille en plastique est de 100 à 1000 ans ! En cas d’oubli, des gourdes, aux couleurs du festival, sont en vente. Et il est toujours possible d’utiliser les écocups consignées !

En finir avec les mégots jetés par terre !
Un mégot jeté à terre, c’est jusqu’à 500 litres d’eau pollués, plus que pour les pailles et les sacs en plastique ! Afin d’en finir avec cette pollution, le festival met des cendriers à la disposition des festivaliers sur tout le site. Les mégots seront collectés, puis recyclés, en partenariat avec l’entreprise Ecomégot.

Des repas plus durables
Le gaspillage alimentaire est un problème global que l’ONU a inclus dans ses Objectifs de développement durable (ODD). Pour contribuer à cette lutte, les équipes du festival analysent les chiffres de la billetterie et font des simulations pour estimer le nombre de festivaliers présents chaque jour. Ainsi, les restaurateurs sont en mesure de constituer les stocks nécessaires et d’éviter le gaspillage. Et s’il y a malgré tout du surplus de nourriture, il sera donné ou mis au compost. De plus, tout est servi dans une vaisselle réutilisable !

Des bâches de signalétique transformées
Les bâches de signalétique non réutilisables d’un festival à l’autre ne sont pas perdues ! Nous avons travaillé à diminuer le nombre de bâches produites (sans altérer la qualité d’information). Celles qui seront produites sont confiées à des associations qui aident des personnes en difficulté sociale ou professionnelle à se réinsérer. Ces personnes transforment les bâches en objets d’artisanat. Une partie de ces bâches est également donnée à des écoles du territoire pour en faire du matériel pédagogique.

Des toilettes sèches
Depuis 2022, le festival propose quelques toilettes sèches aux festivaliers pour limiter la consommation d’eau et de produits chimiques. Certaines sont accessibles aux personnes à mobilité réduite.

L’eau, une ressource précieuse
Le festival propose des points d’eau, en accès libre, à de nombreux endroits du village, et notamment deux fontaines à eau fraîche. Une solution simple et pratique pour se désaltérer quand la chaleur est au rendez-vous, tout particulièrement à cette période de l’année, grâce à Eau 47.

Privilégier les transports moins polluant
Depuis 2020, le festival évalue l’impact carbone des déplacements et nous incitons les festivaliers à venir en transports en commun.
– Grâce à un partenariat avec la Nouvelle-Aquitaine, les festivaliers bénéficient d’un tarif négocié pour leurs voyages en train entre Bordeaux et Marmande.
– Le festival et l’Agglomération Val-de-Garonne proposent des navettes gratuites entre la gare de Marmande et Couthures-sur-Garonne.
– Les festivaliers peuvent également trouver des solutions de covoiturage sur la plateforme Togetzer, une manière économique et sympathique de se rendre au festival et d’y faire des rencontres. Pour en savoir plus : https://www.togetzer.com/covoiturage-evenement/seyz3

Un festival pour tous

© Camille Millerand

Un festival accessible aux personnes en situation de handicap
Le festival a à cœur d’accueillir les personnes en situation de handicap, et même si le sol n’est pas toujours complètement plan, tout est fait pour faciliter leur venue et leurs déplacements. Les toilettes sèches sont également accessibles aux personnes à mobilité réduite.
Par ailleurs, le festival propose un tarif réduit aux personnes accompagnant les personnes en situation de handicap.

Place à la diversité
Les équipes éditoriales travaillent avec des étudiants en journalisme bénévoles, et notamment des jeunes issus de  « La Chance – Pour la diversité dans les médias », une association qui prépare chaque année des étudiants boursiers aux écoles de journalisme et favorise ainsi la mixité sociale dans les médias. Cette participation au festival leur permet de nouer de nombreux contacts avec les journalistes et les intervenants présents et de développer leurs compétences journalistiques.

Un partenariat a également été mis en place avec l’Institut de journalisme de Bordeaux-Aquitaine (IJBA). Des journalistes des rédactions du groupe Le Monde travaillent, en binôme, avec de jeunes journalistes en formation à l’IJBA pour préparer les conférences thématiques qu’ils co-animeront ensemble. Par ailleurs, des échanges sont prévus tout au long de l’année entre les jeunes apprentis journalistes et leurs aînés pour décrypter l’actualité et le traitement de l’information.

Éduquer la jeunesse aux médias
En amont du festival, l’équipe éditoriale intervient dans les centres de loisirs, les écoles, les collèges et les lycées pour sensibiliser les jeunes et leur parler de journalisme et de qualité de l’information. Des enfants accueillis dans les centres de loisirs du territoire participent également à plusieurs ateliers et rencontres du festival.
Pendant le festival, grâce à la petite et grande rédac, les enfants et ados peuvent découvrir, à travers différents ateliers ludiques, le métier de journaliste et les enjeux d’apprendre à être bien informé.


Favoriser l’insertion professionnelle des jeunes
Grâce à des partenariats avec les collectivités locales et la mission locale de Marmande, l’équipe éditoriale a pu travailler avec des jeunes de la région sur des projets journalistiques afin de les aider à reprendre confiance en eux et faciliter leur insertion professionnelle. Interview d’une journaliste sportive, rencontre avec des professionnels du podcast…les résultats des travaux menés par ces jeunes pourront être mis en ligne sur le site du festival.


… Et l’inclusion des personnes détenues
Pendant l’année, l’équipe éditoriale du festival se déplace en prison, à Villeneuve-sur-Lot, pour parler journalisme, information et médias avec les personnes en détention. Une manière pour ces personnes de participer un peu à l’aventure de ce festival.

Un festival impliqué localement


Manger local et bio !
Au festival, vous mangerez local, avec des prix adaptés à toutes les bourses ! 

– Nous favorisons les circuits courts, en collaborant exclusivement avec des acteurs de Lot-et-Garonne et de la Gironde limitrophe, grâce à notre partenariat avec la chambre d’agriculture de Lot-et-Garonne et les Fermes de Garonne.
– Tous les restaurateurs sont signataires de la charte du festival, ce qui implique le respect de normes sanitaires, de qualité d’accueil et de service. Ils doivent également répondre à un cahier des charges « responsable » et proposer des tarifs suffisamment accessibles pour satisfaire les différents publics. Priorité est donnée aux partenaires qui intègrent l’ensemble de ces données.

Au « village » restauration, les festivaliers pourront donc trouver des menus variés et équilibrés, respectueux de leur régime alimentaire ! Le prix fixé est juste et équitable pour assurer la pérennité des producteurs et éleveurs qui participent au festival, tout en proposant une gamme de menus accessible.

Et si vous préférez apporter votre pique nique, c’est possible !

Un fort attachement au village et sa région
Une des priorités du festival est d’aider à la préservation du territoire : sa biodiversité, son patrimoine… Cette année , les festivaliers, sous le charme de ce village qui accueille le festival, pourront participer au financement de la rénovation de l’église, place de la Cale, qui fait partie intégrante de la vie des Couthurains. A l’achat du billet, il est proposé de faire un don, via une « cagnotte » accessible sur la billetterie du festival. Le festival prendra à sa charge tous les frais de billetterie. La totalité de leur don sera ainsi reversée à la restauration de l’église.

Main dans la main pour organiser le festival
Le festival est organisé main dans la main avec les collectivités locales (région, département, agglo, ville et village). Tous les aspects sont vus ensemble : l’aménagement du site, l’organisation de la restauration, nos engagements éco-responsables, la programmation culturelle des soirées… Nous en profitons pour adresser nos plus sincères remerciements au maire de Couthures et à ses habitants qui participent très largement à la préparation et sont présents, avant, pendant et après le festival. Merci !

Les contenus du festival : du global au local
Le festival réunit et rapproche aussi bien des « grands » médias comme Le Monde, France 3, le quotidien espagnol El Pais, que des médias locaux comme Sud Ouest ou  Far Ouest. Il rapproche le journaliste du citoyen, dans un dialogue enrichissant et constructif, autour de des thématiques qui trouvent une résonance avec les problématiques locales.

Les dernières actus du festival