Quand journalistes et écrivains inversent leurs rôles

Par Nathalie Crom et François Reynaert

Festival-de-journalisme-cromFestival-de-journalisme--reynaert

Avec De Sang-froid (1966), sous-titré « récit véridique d’un meurtre et de ses conséquences », Truman Capote marque une date dans l’histoire de la littérature : son roman n’est composé que de faits réels. Durant ces mêmes années 1960/1970, le Polonais Ryszard Kapuscinski, depuis ses postes de correspondant en Afrique, écrit les grands reportages qui le consacreront comme une idole du journalisme. On a découvert après sa mort que nombre de ses articles étaient émaillés de faits inventés…

Pendant longtemps, le journalisme et la fiction ont suivi des chemins séparés. Le Zola de Germinal n’était pas le Zola de l’Aurore. Aujourd’hui, les frontières se brouillent. Cela vaut pour le meilleur. Philippe Lançon, Florence Aubenas sont des journalistes dont les récits, Le Lambeau ou Le Quai de Ouistreham, sont aussi de grandes œuvres littéraires. Comme certains livres d’Emmanuel Carrère sont aussi de grandes enquêtes journalistiques. A l’heure où les réseaux sociaux sont envahis de « fake news » inventées par des faussaires imaginatifs et manipulateurs, cela vaut aussi parfois pour le pire. Où est le réel, où est la fiction ? Où est le journalisme ? Où est le roman ? Nous avons neuf événements pour chatouiller ces limites.

Festival International de Journalisme- mascotte

Réservez votre pass au tarif Early Bird jusqu'au 29 mars!

CLIQUEZ ICI

You have Successfully Subscribed!