Le rap français, un genre marqué par l’histoire coloniale - Festival International du Journalisme
retour à la programmation
Rendez-Vous

Le rap français, un genre marqué par l’histoire coloniale

Dimanche 11 juillet | 16h-17h | Les Peupliers

Comment et pourquoi le rap français, genre musical généralement associé aux banlieues et aux discours anti-police, s’est-il emparé de la question coloniale ?

Par Esther Degbé (HuffPost) et Rahma Adjadj (diplômée de l’Institut de journalisme Bordeaux Aquitaine)

Avec Dolores Bakèla, journaliste indépendante

 

Thématique

Peut-on refermer la blessure coloniale?

Des « camps décoloniaux » à la question de la restitution des œuvres d’art, de la mémoire, de l’esclavage au déboulonnage des statuts, la colonisation imprègne encore le regard que nous portons sur l’actualité. Comment parler de cette période sans se flageller ? Finira-t-on par enterrer la « Françafrique » ? Et comment faire le récit de ce « passé qui ne passe pas » ? En interrogeant des historiens, des journalistes, des linguistes, des artistes, essayons de comprendre s’il est possible de refermer une blessure toujours béante.

Par Esther DEGBE (HuffPost) et François REYNAERT (L’Obs)
avec Rahma ADJADJ, diplômée de l’Institut de journalisme Bordeaux Aquitaine

Dans la même thématique…

Les dernières actus du festival